24
juil 2015

Par delà les écrits et les interprétations auxquelles ils donnent lieu, comme nous pouvons le constater dans le texte de Monsieur Stéphane Bern dans le dernier Figaro Magazine, je tiens à apporter certaines précisions pour les lecteurs non avertis.

Une vieille coutume veut que notre branche dynastique, celle des Bourbons-Orléans, ne soit désignée qu par son dernier nom, alors que les autres branches capétiennes, issues d’Henri IV, portent le nom de Bourbon Busset, Parme, Sicile ou Espagne. Cela ne nous empêche pas d’être Bourbon Orléans. La coutume est une chose et la réalité une autre!

Il est, par ailleurs, une fiction apparue en 1987, celle d’une hiérarchie entre les Capétiens. Si l’on accepte cette fiction, il faut alors en assumer toute sa réalité: la branche aînée capétienne existe bien, elle est Française et non Espagnole. Ce sont les Bourbon Busset. Certains les écartent au prétexte que le mariage de l’Évèque à l’époque n’avait pas été reconnu par le Roi Louis XI. Cette branche capétienne a pourtant fait souche.

L’honnêteté voudrait que l’on creuse aussi plus avant la légitimité capétienne des Bourbons d’Espagne. L’Histoire nous dit que depuis le règne des Reines Maria-Luisa et Isabel, le sang capétien ne coule plus dans les veines de leurs successeurs, sauf dans celles du Roi Juan Carlos grâce au mariage de son père avec donà Maria d’Orléans Montpensier. Mais cela importe peu, car en Espagne, depuis la « Pragmatique Sanction » du Roi Carlos VII d’Espagne, la « loi salique » ayant été abrogée, les femmes peuvent régner et transmettre le flambeau dynastique; or ce n’est toujours pas le cas en France et dans la Famille Royale de France.

Enfin il est nécessaire que j’affirme ici avoir demandé à mon père lorsqu’il était encore Chef de la Maison Royale de France et avant mon remariage civil puis religieux avec Micaëla Cousino Quinones de Léon, fille de la Marquise de San Carlos, Grande d’Espagne, de donner à la Duchesse Marie-Thérèse de Würtemberg le titre de Duchesse de Montpensier afin d’honorer la mère des Enfants de France.

Fait à Ascain, le 18 juillet 2015

Henri, Comte de Paris et Duc de France.

Laisser un commentaire