11
jan 2015

Eternel débat entre science et conscience: euthanasie, procréation médicalement assistée, clonage, organismes génétiquement modifiés, et maintenant enseigner le foetus au sein même de la Femme pour créer des cerveaux programmées.
Dans ce bouillon de culture d’avancées spectaculaires de la science, nous devons faire des choix éthiques, poser des frontières déterminantes, des choix de sociabilité. Il en va de notre avenir car « Big-Brother » est déjà présent et peu le savent. La Politique doit indiquer des voies, mais cesser de vouloir participer à l’intimité de chaque être. Rendre le sens de l’éthique à ceux qui sont dans sa recherche, devrait être une obligation de ceux qui gèrent le présent et le proche futur. Enseigner oui, bourrer le crâne non. Soyons tous vigilants aux méthodes passées, actuelles et futures de l’éducation. Il en va aussi de la laïcité, cette nouvelle religion d’Etat, religion du nihilisme de toute spiritualité. Il en va également de l’égalitarisme poussé jusqu’à l’absurde, ce nouveau totalitarisme qui ne supporte pas qu’une tête puisse dépasser les autres dans ses rangs bien alignés… C’est dire combien se croire estimé compte aux yeux des fragiles !
Quand Charles Trenet disait « Douce France, cher pays de mon enfance », il chantait le bonheur de croire en sa terre natale et de s’y sentir heureux. Rien n’y était parfait, mais tout y permettait une liberté dans le respect de celle des autres et un épanouissement que nous devons tout faire pour faire renaître.

Laisser un commentaire