Biographie – La Comtesse de Paris

imfs-two

Le calendrier de la Princesse

Dates des évènements 2014

SAR la Princesse Micaela, née Cousino Quinones de Leon, est la septième enfant de la Marquise de San Carlos, Grande d’Espagne et de Luis Cousino, héritier de l’une des plus puissante famille de pionniers du Chili.

En ligne directe, ses origines peuvent être retracées jusqu’au X° siècle, selon les documents et généalogies conservées aux Archives de la ville espagnole de Leon. Les historiens et chroniqueurs s’accordent à préciser que Pedro Alvarez de Quinones, premier détenteur du nom, descend de l’Infant Ordono el Ciego, fils du roi wisigoth du Leon, Fruela II (910-924) et de son épouse l’Infante dona Catalina.

Les chroniqueurs relèvent qu’en l’an 1200 Aliénor d’Aquitaine devenue Reine d’Angleterre avec les conséquences que l’on sait, fut prise tardivement de remords et décida, pour cimenter la paix entre les royaumes, de marier une de ses petites filles, Urraca de Castille, au Dauphin de France. Agée de soixante dix sept ans, elle chevauche accompagnée des ambassadeurs de France jusqu’à Palencia à la cour de son gendre le Roi Alphonse VIII. Mais le nom Urraca (dont la traduction en français veut dire la pie, l’oiseau voleur) est jugé impossible par les ambassadeurs français. Ce sera Blanche de Castille qu’Aliénor ramènera de l’autre côté des Pyrénées. Urraca épousera l’héritier du trône du Portugal et Bérengère le fils du Roi de Leon. Plus tard un de ses descendants Grand Amiral de la Flotte eut, d’un second lit, un fils, Ferdinand qui épousa Isabelle de Castille. Ce furent les Rois Catholiques.

imfs-two

La Princesse Micaela – 2014

Peu à peu , par le jeu des mariages et par celui, progressif des allégeances, les différents royaumes qui composent la péninsule ibérique se trouveront réunis sous la houlette des rois de Castille et d’Aragon. Le Leon ne fera pas exception et on rencontrera désormais des Quinones de Leon aux plus hautes charges du royaume. Au fil des siècles ce nom apparaît dans les annales, désignant des gouverneurs de provinces d’outre-mer, un Grand Maître de l’ordre de Calatrava, un Quinones vice-roi du Pérou, un Cardinal Quinones, proche parent de Charles Quint et son confesseur envoyé par l’Empereur auprès du Pape Clément VIII pour négocier la libération du souverain Pontife, enfermé au château Saint Ange après le sac de Rome en 1527. On peut visiter la tombe du Cardinal Quinones dans ce même château.

Plus proche dans le temps, Louis XIV remet en gage d’amitié à un Quinones, Duque de Luna, ambassadeur d’Espagne, une réplique réduite en argent massif des célèbres chevaux de Coysevox. Ce même ambassadeur, gouverneur de Franche Comté pour le Roi d’Espagne, négocia la remise de cette province au Roi de France après le traité de Westphalie. Il reçut d’autres cadeaux du Roi Soleil.

Pour imaginer l’histoire et le destin des Cousino au Chili, on peut se reporter au roman d’Isabel Allende publié en France sous le titre de la « Maison aux Esprits ». Son héros principal ressemble en effet à Matias Cousino, fondateur de cette famille et de sa fortune, qui par un travail acharné devint propriétaire de la plus grande partie des mines d’argent, de cuivre et de soufre de ce pays et dont le rayonnement allait bien au delà des frontières. Ses terres au Chili débordent sur la Bolivie et sur l’Argentine et sont évaluées à cette époque à quelques millions d’hectares. Au XIX° siècle, les Cousino font parler d’eux dans les milieux d’un certain dandysme cosmopolite. La rue de Lota à Paris dans le XVI° leur appartient avec ses hôtels particuliers où ils mênent grand train. Cette rue porte d’ailleurs le nom d’un de leurs groupes miniers.

La Princesse Micaela est née à Vichy le 30 avril 1938. Elle vécût sa plus tendre enfance avec sa mère au château de Fénelon en Périgord puis à Biarritz dans la propriété de son Grand père le Marquis d’Alcedo ancien Ambassadeur d’Espagne à Berlin et Rome. Son frère Pepe Quinones de Leon était lui-même ambassadeur d’Espagne à Paris, il acheta et décora l’actuelle ambassade d’Espagne avenue George V (de ses deniers) puis fit édifier la chapelle de la rue de la Pompe pour les espagnols de Paris. La Marquise d’Alcedo née Comtesse de Banuelos, d’origine bostonienne, était un peintre portraitiste renommé. Elle reçut la médaille d’or pour ses oeuvres à Berlin et certaines d’entre elles peuvent être vues au château d’Annet et même au Louvre.

Dans les années 1944-45 la Marquise de San Carlos acquiers le domaine du Quinon près de Saint Jean de Luz. Juste après guerre la société reprend vie. C’est l’époque du festival de musique, le Maire de Saint Jean de Luz y invite de jeunes musiciens qui viennent d’obtenir le prix Marguerite Long, ils s’entraînent sur le piano du Quinon et la jeune Micaela passe son temps libre sous le piano. Elle connut ainsi Aldo Cicolini et Philippe Entremont entre autre. Elle rencontra, soit chez sa mère, soit chez le Marquis d’Arcangues, leur voisin des artistes, des écrivains ou de grands personnages, tels le Prince Yousoupoff et son épouse la Princesse Irina, nièce du dernier Tsar. La Princesse Irina était une grande amie de sa mère.

La Princesse Micaela fait ses études dans divers collèges en France puis, pensionnaire dans un collège en Angleterre, elle passe haut la main un examen comparable au bac. Elle est trilingue. Elle rentre en France, passe propédeutique et suit des cours d’histoire et de linguistique à la Sorbonne. Elle se lance dans la vie active après un mariage civil, pour subvenir à l’avenir de son fils. Passionnée d’art sous toutes ses formes, férue d’histoire et grande amateur de livres, toute sa vie professionnelle suivra cet axe. Elle sera engagée à Madrid dans une grande entreprise de publicité et de communication. Revenue en France, elle choisit l’édition. C’est sur un projet éditorial qu’elle rencontre le Prince un 21 janvier 1974, grâce à un ami commun, l’écrivain André Couteaux.

Toujours active elle est appelée, en raison de ses compétences au Cabinet du Ministre du Budget et 1978 et chargée de la communication du Ministre et de son Ministère. elle y demeure jusqu’au changement de gouvernance. Elle épouse civilement le Prince à Bordeaux devant le Président Chaban Delmas le 30 octobre 1984. Feu le Comte de Paris, peu de temps après lui confère le titre de Princesse de Joinville. Vingt cinq ans après le 29 septembre 2009 en la chapelle d’Arcangues elle épouse religieusement le Prince et devient Comtesse de paris Duchesse de France. Durant quarante ans passés aux côtés du Prince elle est et sera toujours un soutien précieux et une conseillère avisée pour la mission dont est investi le chef de la Maison Royale de France.