16
juin 2015

L’écrivain Léon Bloy les avait devancés:
« Le bourgeois encourage les Beaux Arts (…) son flair est inconcevable pour discerner les ouvriers du néant, les crétins du  tube, les avilisseurs. Ces derniers surtout lui sont chers (…) Sa  soif intime c’est de mettre le Beau par terre, au dessous de la pire ordure et rien ne vaut les cochons d’artistes pour cette besogne. »
Ceux qui détruisent et trouvent leur bonheur dans l’IMMONDE… seront  tenus de recevoir leur dû.

One Comment

  1. Guy Adain juin 16, 2015 5:34

    Il faut bien que l’horreur s’installe en parallèle pour faire ressortir le Beau.
    Sans doute l’horreur aussi est un don de Dieu.
    La grâce nous est donnée pour comparer et faire la différence entre ce qui est droit et ce qui est gauche…

Laisser un commentaire